Voila le schéma actuel chez mes parents

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Voila le schéma actuel chez mes parents

Message par Annalalucha le Dim 2 Oct - 0:24

Cette organisation est très récente mais voilà comment ça se passe chez nous :

Actuellement je suis 3 semaines chez mes parents, 1 semaine chez moi à Paris.
Pendant cette semaine d'absence, ma tante passe quelques jours pour aider mon père.

Chaque semaine, nous avons 4 heures d'aide à domicile 1 jour/semaine. Pour le moment, elle fait du ménage, nous papotons et/ou faisons une partie de triomino ou le thé avec ma mère pour que l'aide soignante cerne un peu le contexte : nous souhaitons que l'aide à domicile puisse prendre le relais seule si nécessaire.

Ma mère dort tard donc le matin nous avons un moment de "réunion" avec mon père pour décider de qui va faire quoi, le menu, l'administratif...
En général, m'occupe du réveil de ma mère entre 11h et 11h30. Pendant ce temps mon père prépare le repas.
Après le repas, je m'occupe de ma mère jusqu'à environ 16h00/17h puis mon père prend le relais.

Ca c'est le schéma de base mais suivant ce que nous avons à faire nous pouvons intervertir ou aménager.

Ma mère est agitée, déambule beaucoup, obsessionnelle (jamais compris comment on pouvait parler d'obsession pour qqun qui n'a pas la mémoire des faits mais bon...), angoissée. Mais en règle générale, je dois dire qu'elle est moins difficile qu'il y a quelques mois en arrière. Je crois savoir que la maladie ne se manifeste pas toujours de la même manière suivant les gens (et les zones du cerveaux touchées). Quoi qu'il en soit, l'accueil de jour (1j/semaine) avait beaucoup de mal à gérer "son cas" et ma mère en revenait très perturbée : nous avons arrêté mais je pense que la structure aurait fini par refusé ma mère de toute façon.

A deux, on est plus patient car on a + des répits, on échange, on essaie de trouver des trucs, on est plus calme. Seul ce n'était pas envisageable. Avant mon arrivée, mon père n'en pouvait plus, finissait par crier et l'angoisser encore +. Grosse déprime, fatigue... depuis 3 mois il a fini par aller mieux, comprend mieux la maladie, retrouve son calme et fait à nouveau des projets pour lui. De mon côté, j'y laisse quand même des plumes... mon mari, ma fille, mes amis, mes repères (pas mon boulot : j'étais en recherche d'emploi)... sont en région parisienne et je ne les vois que 7 jours/mois, je n'ai quasi pas de revenus (48h conseil general au smic) et très peu de possibilité de trouver un job vu ma semaine d'absence. Par contre, pour le moment je ne regrette pas car avant de prendre cette décision, j'étais très perturbée de ne pas parvenir à trouver une solution satisfaisante, déchirée entre mon inquiétude pour mes parents et mon appréhension à quitter ma vie pour m'impliquer plus dans celle de mes parents. Décision prise, un sentiment soulagement. J'ignore si cela va durer. J'essaie de vivre le présent et de faire au mieux.

Et d'un ordre plus général, je trouve que les aides mises en place par les pouvoirs publics sont inadaptées et ou largement sous-évaluées, les structures d'accueil aidées idem (on accepte les malades uniquement légumifiés aux neuroleptiques pour pas que la maladie dérange trop). La prise en charge financière et les soins sont laissés à 99% aux familles et pour les institutions, quasi toujours en sous-effectifs alors que ces malades ont besoin de beaucoup d'attention, la seule règle c'est encore la défonce (et je ne parle pas des autres dérives bien faciles avec des personnes sans mémoires confiées à un personnel sous-payé et surmené).

Annalalucha

Messages : 37
Date d'inscription : 29/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum